Accueil

VISITE AU PAYS DES SAMOURAÏ

UNE JOURNÉE DANS L'ATELIER DU MAÎTRE CHASEN la suite...

Ensuite, il enlève (opération délicate!) la partie extérieure dure. Puis il change de couteau pour séparer chacune de ces sections en brins dont le nombre varie selon la
taille de la pièce de bambou et s’il veut faire un chasen 80, 100 ou 120. Les brins sont plus minces pour le usu cha (thin tea) et plus épais pour le koi cha (thick tea).
Chasen6

Le chasen est ensuite mis à tremper pour quelque temps et c’est là l’art du maître chasen que de savoir à quel moment le chasen est prêt pourla prochaine étape. C’est la phase où chacun des brins de chasen est aminci pour devenir plus flexible et lissé individuellement pour que la poudre n’y colle pas. On le travaille ensuite pour lui donner sa courbe caractéristique. Si le chasen est parfait, il partira au tressage. C’est en combinant l’opération de lissage avec le tressage du fil à la base pour bien fixer la séparation du coeur et de l’extérieur que le chasen commence à prendre forme. L’opération de tressage est souvent accomplie par des femmes qui viennent chercher les chasens pour les tresser et les rapporter à l’artiste.

Chasen5Chasen4Quand le chasen revient du tressage, c’est le moment de la dernière opération au cours de laquelle les brins sont lissés, examinés attentivement et placés soigneusement dans une courbe parfaite. C’est toujours le maître chasen qui procède à cette opération lui permettant de faire un dernier contrôle de qualité et de s’assurer qu’en sortant de l’atelier, l’objet sera parfait. Si le maître chasen est reconnu comme maître, il pourra alors apposer son sceau sur la boîte. L’objet est magnifique, tant dans son esthétique que dans sa performance; il moussera sans excès, il brisera parfaitement tous les petits amas de matcha, gardant sa forme à l’usage, et en séchant, son odeur et sa couleur se maintiendront. Un bon chasen, utilisé quotidiennement, peut durer une année tandis qu’un chasen de mauvaise qualité devient vite inutilisable.

Lors de cérémonies de thé officielles et importantes, on n’emploie que des chasens neufs, mais ces chasens peuvent ensuite être réutilisés dans le quotidien. Nos hôtes ont été généreux : ils nous ont fait l’honneur de nous offrir deux chasens de maître (un pour le usu cha et un pour le koi cha) ainsi que des petits outils de bambou utilisés pour manipuler les sucreries durant la cérémonie du thé. Plus inoubliable encore, nous avons assisté à un spectacle hors du temps : une performance, une danse, une création dans une atmosphère tranquille et millénaire où tous les gestes, d’une précision inouïe, se sont succédés comme des éléments simples, quotidiens et paisibles.

Chasen8

Chasen3Marie Provost, Nara, Japon, Mars 2008